Les énigmatiques objets du récit

2020 | Château de Gruyères (upcoming)

Essay for David Gagnebin-de Bons’s monography L’index du fantographe, published on the occasion of his solo exhibition at Château de Gruyères.

Excerpts

“L’univers de David Gagnebin-de Bons est peuplé d’objets au statut incertain, dont la photographie n’apporte au mieux qu’une preuve ambivalente de leur existence physique, et dont les interprétations potentielles soulèvent plus de questions qu’elles n’en résolvent. Leurs représentations par l’image sont autant d’intermédiaires entre eux et le spectateur, parfois supplées par un personnage à l’existence toute aussi précaire, tel que le fantographe, figure fantomaticophotographique s’interposant entre l’auteur et les images […].”

Les Images du futurs sont avant tout un système des objets. La logique intrinsèque de celui-ci est à la fois perceptible et indéchiffrable. […] Mais en refusant un sens trop arrêté, ils deviennent autosuffisants, ils se libèrent de toute narration imposée. Ils n’illustrent pas. Ils ne prouvent rien. Ils existent, simplement. Et l’attention du spectateur, peu à peu, ne se focalise plus que sur leurs qualités physiques, leur matérialité si précisément décrite, leur part donnée. […]

Les Images du futur nous offrent ainsi une immersion dans un univers qui se révèle et se refuse simultanément. Le photographe joue de cette double dynamique pour capter l’attention du spectateur, la retenir dans une recherche de sens faisant écho à la fascination qu’il ressent lui-même pour ces objets, et qui laisse peu à peu la place à la contemplation. L’image occupe une place singulière dans ce qui est en premier lieu une collection d’objets : la photographie est leur intermédiaire, elle les fait apparaître et les conserve. Elle atteste de leur existence en la construisant, sans pourtant en donner les clefs de lecture. Elle ouvre un monde, puis nous abandonne à son déchiffrement.”